«

»

Mai 11

Philippe Ris

Imprimer ceci Article

Ces outils qui structurent notre quotidien

Cet article de la semaine m’a été inspiré par un post de Xavier de la Porte (producteur de l’émission Place de la Toile sur France Culture), lui-même s’inspirait d’un essai de  Tom Vanderbilt (vive les rebonds sur la toile !) traitant des changements induits par des outils tels que le téléphone.

Le téléphone est un assez bon exemple de ces outils « évidents » de notre quotidien, outils dont l’usage massif n’a rien eu d’évident à leurs débuts, outil dont l’usage actuel semble évident et incontournable, outil dont l’abandon paraît presque impossible tant il semble consubstantiel à notre mode de vie. Il se trouve que je fais partie des gens qui n’aiment pas le téléphone en grande partie parce que cet outil a de sérieuses limitations : entre autres, il qui attire votre attention d’une façon plus ou moins agréable à des instants où vous êtes généralement en train de faire quelque chose d’autre et il ampute l’échange de tous les aspects non verbaux ce qui nuit à l’efficacité de ce pour quoi il est fait.

L’alliance des technologies de la téléphonie avec celles de l’informatique a commencé depuis une dizaine d’années à changer les comportements. L’usage des SMS par exemple permet d’être moins intrusif et plus synthétique (ce qui laisse d’ailleurs à penser que beaucoup de « coups de fil » – anachronisme – n’ont que peu de contenu réel). L’augmentation de la puissance de calcul dans les smartphones change le téléphone en un appareil de communication mobile au sens large au détriment de la communication réduite à 2 personnes (plus c’est toujours un peu compliqué avec le téléphone). On peut le constater dans le slidshare ci-dessus présenté dernièrement à l’Open Coffee de Brest, la part de la voix dans les échanges est devenue très inférieure à celle des échanges de données, dont la vidéo : le téléphone sert de moins en moins… à téléphoner.

Il est fort probable que l’abandon du téléphone au sens où nous le connaissons depuis des décennies sera rapide, pour des raisons de coût (Skype par exemple est gratuit en entrée de gamme), de performance et de facilité d’utilisation des fonctions évoluées. En effet, dès que l’on change l’outil téléphone au profit d’un terminal puissant connecté à internet, la nature même de l’échange se modifie. Le smartphone ou la tablette devient un instrument de collecte d’information (météo, news, moteur de recherche …), un point d’entrée sur une mise en relation avec les réseaux sociaux, un canal d’échanges multimédias (vidéo, webinar, map géolocalisée, …) qui explose les limites de la « vieille » téléphonie.

La seule vraie limite à l’adoption de ces changements semble être notre capacité à traiter la somme d’informations maintenant disponibles (nous n’avons pas été formé pour cela et nous nous retrouvons finalement dans le cas d’une tribu d’Amazonie plongée dans un univers régit par la technologie), mais aussi notre résistance naturelle au changement, ici exacerbée par le caractère rapide et radical du changement.

Notre outil principal de communication à distance est en train de disparaître au profit d’autre chose permettant l’ubiquité et la création d’identités numériques différentiées de notre identité physique, une extension des capacités à travers des fonctions automatisées de plus en plus évoluées, une diminution des délais d’échanges.

L’usage de ces outils est cependant encore très largement à inventer, aussi bien dans notre vie personnelle que dans notre façon de travailler.

Enfin, c’est toute notre identité qui se retrouve questionnée, notre rapport aux autres, notre capacité à être instruit (via les moteurs de recherche et les encyclopédies en ligne), voire notre capacité à dépasser notre intelligence naturelle (à travers des outils qui répondent pour vous à des questions complexes).

View more presentations from AFEIT
Share

Lien Permanent pour cet article : https://www.ecole-management-numerique.com/2012/05/11/un-outil-peut-il-changer-notre-monde/

1 ping

  1. Prospective : comment le numérique pourra(it) transformer l’économie » E.M.N.

    […] « Ces outils qui structurent notre quotidien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  • RSS
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • DailyMotion