«

»

Déc 11

Philippe Ris

Imprimer ceci Article

Comment le numérique est en train de bouleverser une industrie

Il y a quelque temps, à l’occasion d’un groupe de travail, j’avais posé une question mi-sérieuse mi-plaisanterie sur ce que pourrais signifier pour l’industrie automobile de proposer des voitures selon le mode freemium. Pour mémoire, le concept de freemium est un mécanisme de vente où l’on crée une gamme de produits dont l’entrée de gamme est gratuite (vraiment gratuite, sans coût caché pour le consommateur), le reste de la gamme étant elle payante et, si le modèle est correct, capable de couvrir les coûts et de dégager des profits.

Quelques éléments d’actualités me permettent de rebondir sur cette question et de l’illustrer.

Tout d’abord examinons (très rapidement) le modèle d’affaires classique de l’industrie automobile. Le cœur de métier de ce métier réside dans la capacité de production et celle de designer les produits. Le produit voiture est soit vendu directement à l’utilisateur final, soit vendu à un tiers qui va le relouer. On voit d’emblée que l’idée d’une entrée de gamme gratuite est iconoclaste car même les voitures low cost coûtent plusieurs milliers d’euro. Par ailleurs, malgré leurs efforts, les constructeurs n’ont à ce jour pas vraiment réussi à vendre des services autour de leur produit à l’exception de l’entretien du véhicule et au mieux de la prise en charge en cas de problème sur la route. Enfin dernier frein, les automobiles sont des produits peu communiquants et même si elles embarquent de plus en plus d’électronique, elles peinent à entrer dans le monde de l’économie numérique où le freemium s’épanouit plus facilement.

Deux sociétés naissantes qui perturbent le modèle.

Le premier exemple de cet article vient d’une actualité récente, à savoir le lancement d’AutoLib à Paris. Ici, nous sommes dans un cas où la voiture n’est pas vendue, ni même louée stricto sensu. En fait, ce qui est vendu n’est pas un produit (la voiture) mais un service (la mobilité urbaine). Nous passons du bien physique à l’usage ce qui est assez caractéristique de l’économie numérique. Par ailleurs, on comprend sur la vidéo ci-dessous qu’un tel produit ne peut pas exister sans moyen de communication et de gestion numérique.

Découvrez le projet Autolib’ par mairiedeparis

Par rapport à notre question initiale sur la gratuité, nous n’y sommes pas encore ici. Mais il manque finalement peu de choses pour y arriver. En effet, le coût mensuel moyen a de grandes chances de n’être que de quelques centaines d’euros. Il n’est alors plus hors de portée d’imaginer greffer sur AutoLib un autre service à valeur ajoutée dont le coût marginal est nul, service qui serait facturé, couvrirait le coût actuel d’AutoLib et permettrait donc de proposer une entrée de gamme gratuite. C’est juste une affaire d’imagination et d’ambition entrepreneuriale.

Deuxième exemple qui est un peu plus ancien de quelques mois et concerne cette fois la conception même des véhicules.

Le numérique facilite une évolution actuelle assez profonde dans la conception des produits, à savoir le co-design qui consiste à associer plusieurs partenaires d’horizons différents au sein d’un projet. Autre évolution actuelle, l’implication des consommateurs dans les processus de création de valeur des sociétés se développe, ce qui est une manière intelligente pour à la fois diminuer les coûts de conception et de recruter vos futurs consommateurs. S’il est relativement aisé d’appeler des internautes à financer et faire la promotion d’un artiste par exemple (crowd sourcing), le challenge est plus compliqué en ce qui concerne le co-design d’une nouvelle voiture. Or c’est bien ce qu’à réussi à faire la firme américaine Local Motors avec son véhicule Rally Fighter, la vidéo ci-dessous (en anglais) décrit le mécanisme de co-design et la façon dont est partagée la propriété intellectuelle via la licence Creative Commons :

Autre élément intéressant du modèle, les unités de production sont de petites tailles et relocalisées au plus près des clients, ce qui ressemble aux approches d’achat militant.

Ces deux exemples ne sont possibles qu’à travers les outils et usages de l’économie numérique. Ils nécessitent d’en comprendre les mécanismes mais démontrent sans ambiguïté que la plaisanterie d’un modèle freemium pour l’automobile n’en n’est plus vraiment une. L’une des industries les plus importante de nos sociétés modernes a entamé sa mutation numérique.

_____________

Janvier 2015

Local Motor a maintenant engagé une nouvelle révolution : l’impression 3D du chassis et de la carrosserie.

 

Share

Lien Permanent pour cet article : https://www.ecole-management-numerique.com/2011/12/11/comment-le-numerique-est-en-train-de-bouleverser-une-industrie/

1 ping

  1. Prospective : comment le numérique pourra(it) transformer l’économie » E.M.N.

    […] adaptée à la demande locale (avec de nouveaux processus de création du produit, dont la co-création), le tout intégré dans un réseau d’économie numérique. On perçoit aisément […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  • RSS
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • DailyMotion