«

»

Mai 09

James Lacourt

Imprimer ceci Article

Le piratage informatique « banal »

Il est souvent dit, que le piratage informatique est lié à de mauvaises mises à jour de votre système informatique et donc que vous êtes seul responsable des éventuelles attaques sur vos systèmes informatiques.

piratageC’est parfois vrai, mais il existe aussi ce que l’on appelle les  » Black Hat Hacker  » dont la motivation peut parfaitement être gratuite et irrationnelle.

Pour exemple je viens de traiter aujourd’hui le cas d’un utilisateur qui venait de découvrir, en essayant de se connecter à son compte Google, qu’il n’y avait plus accès. J’ai alors effectué une requête de secours pour restaurer son compte, mais l’adresse de messagerie de Secours avait aussi été changée. L’utilisateur d’une boîte mail comme gmail ne peut bien sûr pas être accusé de ne pas avoir mis à jour son logiciel !

Juridiquement, il faut savoir que votre boîte e-mail (numérique) est comme votre boite aux lettres dans la vie courante (physique). C’est une propriété privée. Lorsque quelqu’un rentre par effraction dans vos comptes sur internet, ceci est considéré comme une effraction et une violation de votre propriété.

Vous pouvez avoir le recours de déposer plainte contre X, afin de retrouver le coupable. L’enquête est relativement simple car chaque connexion est répertoriée pour votre sécurité. Les adresses IP sont ainsi enregistrées pour que la Police ou la Gendarmerie remontent très vite vers la personne qui a effectué cette manœuvre frauduleuse.

Il existe des articles de loi vous protégeant contre le vol ou le piratage informatique. Ce sont les Articles 323-1 à 323-7 du Code Pénal.  En voici un extrait:

Article 323-1

Le fait d’accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30000 euros d’amende.

Lorsqu’il en est résulté soit la suppression ou la modification de données contenues dans le système, soit une altération du fonctionnement de ce système, la peine est de trois ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende.

Lorsque les infractions prévues aux deux premiers alinéas ont été commises à l’encontre d’un système de traitement automatisé de données à caractère personnel mis en œuvre par l’Etat, la peine est portée à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 € d’amende.

Sachez qu’il existe toujours un recours, grâce à cette loi, et que le piratage peut être sévèrement puni.

De façon générale, nous vous conseillons de protéger vos comptes avec un mot de passe assez complexe dans son écriture mais facile à retenir. Exemple: B0njOur*1 . Il sera complexe de deviner ce mot de passe qui contient chiffres, lettres (majuscules, minuscules), et caractères spéciaux. De plus, le piratage automatique par un logiciel qui essaierait de « craquer » le mot de passe sera sans doute trop long pour réussir à temps.

Soyez prudent à l’avenir, car le piratage peut survenir à tout instant pour des raisons très variées : vengeance personnelle, atteinte au moral, vol d’information, atteinte à l’image…

Share

Lien Permanent pour cet article : http://www.ecole-management-numerique.com/2013/05/09/le-piratage-informatique-banal/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  • RSS
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • DailyMotion